Ecrire sans raisonDu plus longtemps que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. Aligner des mots sur une feuille, raconter des histoires, de longues épopées mais surtout suivre le destin de personnages que j’avais inventé de toutes parts. En grandissant, j’ai toujours gardé cette passion des mots, avalant les livres. Le plus d’histoires, le plus de thèmes différents, le plus de personnages. J’adorais les cours de français pour les rédactions « d’imagination ». Non pas que j’étais douée, j’étais dans la moyenne je suppose, mais je pense que mes histoires avaient surtout besoin de plus d’une page pour être compréhensibles.

Quelques années plus tard, je me suis lancée dans l’écriture d’une websérie. Ma première œuvre complète. Des personnages que je connais comme si je les avais toujours côtoyés. Comme si, ils étaient en fait tous une partie de moi. J’ai écrit cette histoire pendant près de 5 ans, puis j’ai tapé le mot « FIN ». Pour mes lecteurs, c’était la fin, une fin. Pour moi, ils sont toujours là quelque part et de temps en temps, je me demande ce qu’ils font à l’heure actuelle.

Malheureusement, ces dernières années, j’ai perdu cette envie d’écrire. Non pas que je manque d’idées ou de personnages, mais tout simplement parce que je ne prends plus le temps. Plus le temps de les écouter me raconter leurs misères, plus le temps de réfléchir à la meilleure façon de les aider. Pourtant, une part de moi est toujours attirée par l’idée de créer une nouvelle histoire.

Certains pourraient dire que je suis atteinte du syndrome de la page blanche, mais je pense que le problème est plus profond que ça. Du coup, j’enchaine les livres traitant de la créativité, de l’écriture, en me disant que peut-être, à un moment, un mot ou une phrase va débloquer tout ça. En attendant, je continue de rêver sans garder traces de ces aventures.