une-si-jolie-petite-fille,M167075

C’est au détour d’un rayon chez Mollat que j’ai découvert le livre de Gita Sereny. Au milieu d’ouvrages sur les crimes et tueurs en série, il y avait celui-ci, ont la couverture arborait le visage souriant d’une enfant. C’est ainsi que j’ai découvert l’histoire de Mary Bell, condamnée à l’âge de 11 ans à la prison pour le meurtre de deux enfants.

L’histoire de Mary Bell est une histoire choquante. Nous sommes en 1968, à Newcastle. Autant dire que c’est juste à côté, dans une époque pas si lointaine. Comment une enfant a-t-elle pu être jugée dans un tribunal pour adultes et condamnée ? comment se fait-il que personne n’ai vu et compris sa détresse ? le livre n’essaie pas de justifier les actes de Mary Bell, mais plutôt d’expliquer les évènements. Alors qu’elle s’entretient avec Gita Sereny, Mary tente de reconstruire son passé pour pouvoir avancer. Sera-t-il possible pour elle, désormais adulte, de donner un sens aux évènements passés ? tant bien que cela soit possible…

Le livre est vraiment choquant. Ce ne sont pas des récits de meurtre et de sang, mais la façon dont la presse et la justice ont traités l’affaire, est foncièrement révoltant. Moi qui m’intéresse à la psychologie derrière les serial killers et leurs crimes, ce n’était pas par voyeurisme que je me suis intéressée l’histoire de Mary Bell, mais c’était un besoin de comprendre. Pourquoi ? Pourquoi cela s’est-il passé ? Comment éviter que cela se reproduise ?

C’est un livre très intéressant à lire, dérangeant. Cela pose la question de la réhabilitation de prisonniers mais aussi de l’incarcération d’enfants ayant commis un crime. Le monde a t-il changé depuis 1968 ? Pas si sûr...

[Edit du 9/12] Une version poche du livre est annoncé pour le 7 janvier 2016.